logologo

Episode 40 : De la bulle d'air à la source

Plus de Capillotractage ?
Voir les autres épisodes
Plus d'art ?
Voir la photo de l'épisode
Plus de philosophie ?
Lire l'extrait associé
du livre ConSciences
Plus de science ?
Voir la séquence
caméra rapide de l'épisode

Si la vidéo ne s'affiche pas, mettez à jour votre navigateur internet. Internet Explorer 9.0 - Safari 5.1.7 - Firefox 29.0.1 - Chrome 27.0 requis au minimum.
Vous pouvez télécharger cet épisode en faisant un clic droit "enregistrer la cible du lien sous" sur ce lien. Ce fichier H264/MP4 est lisible avec le logiciel gratuit VLC.

Et vous qu'imaginez-vous ?

De OSmRg85BtnN le 20/05/2016 à 14:02
The paragon of undrdstaneing these issues is right here!
__________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Auteur : Adresse E-mail :

Le texte de l'épisode

Peut-être avez-vous déjà vu des dauphins jouer, non pas avec des ronds de fumée, mais avec des ronds d’air ? Quel est le devenir de ces bulles très spéciales ?

À défaut de dauphin, je vais utiliser cet injecteur pour insuffler de l’air au fond d’un aquarium. Je pourrais souffler dans un tuyau, mais en raison de la faible pression qu’exercent mes poumons, l’air sortirait lentement et la bulle se subdiviserait en remontant à la surface.

Par contre ce compresseur va pousser l’air avec une pression de 8 bars. La bulle sortant avec une plus grande vitesse, elle va, de par les frottements avec l’eau, s’enrouler sur elle-même, se transformant ainsi en un tore.

D’habitude, quand j’utilise la technique de l’open-flash, je cherche à synchroniser la photographie avec le bon moment dans le phénomène. Alors qu’ici, grâce à l’injecteur, je vais être capable de générer précisément dans le temps le dit phénomène. Je peux donc relier directement mon appareil photographique à la centrale de commande.

En appuyant sur cette télécommande, je vais ouvrir cette électrovanne pendant 10 millisecondes. Ensuite, après une seconde, le temps que la bulle remonte jusqu’à la surface de l’eau, mon appareil photo et le flash seront déclenchés. Tout est réglé, le fond coloré est en place, je peux remplir l’aquarium.

Remarquez la surface brillante de ce tore qui remonte en roulant. Il va terminer sa vie en traversant la surface de l’eau. Ce film tourné à 1 400 images par seconde, est ralenti 56 fois. Avec une caméra rapide, nous ne sommes pas obligés de reproduire six fois l’expérience avec 6 temporisations différentes. Un dernier sursaut. Une agonie. Et voilà c’en est terminé pour lui. Tout son air est retourné dans notre atmosphère.

Et alors ?

C’est comme si notre isolement n’était que provisoire. Nous nous croyons tous différents. Mais ce n’est qu’au moment de notre fin, que la réalité peut nous éclater au visage : nous sommes tous constitués de la même matière : celle qui nous attend au-delà de notre fin. Parle-t-on de la mort ? Non, juste d’une réouverture à la source.