logologo

Episode 39 : De la goutte d'huile à l'utopisme

Plus de Capillotractage ?
Voir les autres épisodes
Plus d'art ?
Voir la photo de l'épisode
Plus de philosophie ?
Lire l'extrait associé
du livre ConSciences
 
 

Si la vidéo ne s'affiche pas, mettez à jour votre navigateur internet. Internet Explorer 9.0 - Safari 5.1.7 - Firefox 29.0.1 - Chrome 27.0 requis au minimum.
Vous pouvez télécharger cet épisode en faisant un clic droit "enregistrer la cible du lien sous" sur ce lien. Ce fichier H264/MP4 est lisible avec le logiciel gratuit VLC.

Et vous qu'imaginez-vous ?


Auteur : Adresse E-mail :

Le texte de l'épisode

Durant ma scolarité, un professeur affirma que le cercle parfait n’existait pas dans la nature. Son ton était résolument désabusé, si tragique !

Moi qui étais perfectionniste, cela a détruit à mes yeux l’enchantement du monde.

Mais reconverti en ingénieur photographe, je me suis mis à nouveau à rechercher le beau en toute chose. Et c’est ce souvenir d’enfance qui m’a donné l’idée de photographier une goutte d’huile.

D’habitude, on ne considère pas cela très ragoûtant, mais regardez de près une vinaigrette, l’huile n’étant pas miscible avec l’eau, elle forme de minuscules petites taches bien rondes.

Dans une casserole d’émail blanc remplie d’eau, je dépose avec une paille de l’huile à la surface. Très lentement, pour qu’il ne se forme qu’une seule goutte.

L’huile, qui est hydrophobe, ne veut pas se mélanger à l’eau du vinaigre. Elle cherche donc à minimiser la surface en contact avec l’eau : la solution est bien évidemment un cercle. Et en raison de sa densité plus faible, elle flotte en formant une lentille semblable à une loupe.

En ajustant l’éclairage, et le niveau de l’eau, nous pouvons faire grossir l’ombre de la goutte sur le fond de la casserole. Et nous apercevons d’un coup qu’un jour nouveau semble se lever sur une sphère parfaite.

Et alors ?

C’est comme si nous projetions sans cesse nos croyances sur la route de nos actions. Ce cercle est-il parfait ou non ? le verre est-il à moitié vide ou à moitié plein ? Mais s’affranchir du besoin de juger nous fait prendre conscience que le simple fait que les choses existent est déjà merveilleux. Retrouver notre regard d’enfant réveille en nous un salutaire utopisme.