logologo

Episode 20 : D'une bouteille au tiers inclus

Plus de Capillotractage ?
Voir les autres épisodes
Plus d'art ?
Voir la photo de l'épisode
Plus de philosophie ?
Lire l'extrait associé
du livre ConSciences
Plus de science ?
Voir la séquence
caméra rapide de l'épisode

Si la vidéo ne s'affiche pas, mettez à jour votre navigateur internet. Internet Explorer 9.0 - Safari 5.1.7 - Firefox 29.0.1 - Chrome 27.0 requis au minimum.
Vous pouvez télécharger cet épisode en faisant un clic droit "enregistrer la cible du lien sous" sur ce lien. Ce fichier H264/MP4 est lisible avec le logiciel gratuit VLC.

Et vous qu'imaginez-vous ?


Auteur : Adresse E-mail :

Le texte de l'épisode

La dernière fois qu’une bouteille est tombée de la table, le temps que je m’en aperçoive, trop tard, elle était déjà en mille morceaux.

Mais c’était génial ! J’ai compris à ce moment-là, que dès qu’une chose passe rapidement d’un état à un autre, c’est un sujet photographique pour moi. Dès qu’une transformation est trop rapide pour être vue à l’œil nu, c’est forcément un sujet insolite !

Cependant maîtriser l’invisible demande une certaine rigueur. Pour cette bouteille, il faut d’abord la faire tomber exactement à l’endroit où l’appareil photo l’attend. Je vais donc utiliser ce tuyau de PVC d’un mètre quatre-vingt. Et pour prendre la photographie au bon moment, je vais utiliser ce micro qui, via ma centrale de commande, va déclencher mes flashs.

On lâche la bouteille sans élan. Et là, surprise ! Elle rebondit ! Cette fois-ci, on la jette dans le guide avec de l’élan.

Le surplus d’énergie cinétique, donné par l’élan initial, permet de dépasser l’énergie élastique stockable par le verre. La bouteille éclate donc de toutes parts. Pour faire la photo, il faut donc choisir la bonne temporisation. Ici, j’ai choisi cet instant, une milliseconde après l’émission du bruit consécutif au choc avec le sol. On peut alors remarquer que les fissures montent plus vite que la bouteille ne descend.

Et alors ?

C’est comme si la logique pouvait défaillir ! On veut nous faire croire que les choses sont, soit vraies, soit fausses. Que cette bouteille n’existe plus, car elle est déjà en mille morceaux. Ou qu’elle existe encore, car elle contient encore tout son liquide. C’est comme pour le monde. Il n’est pas binaire, il est en réalité complexe. Cette bouteille vivante et morte à la fois nous montre bien que la logique a besoin de considérer qu’une proposition et son contraire ne suffisent pas, cela s’appelle la logique du tiers inclus.