logologo

Episode 19 : Du tourbillon à notre identité

Plus de Capillotractage ?
Voir les autres épisodes
Plus d'art ?
Voir la photo de l'épisode
Plus de philosophie ?
Lire l'extrait associé
du livre ConSciences
 
 

Si la vidéo ne s'affiche pas, mettez à jour votre navigateur internet. Internet Explorer 9.0 - Safari 5.1.7 - Firefox 29.0.1 - Chrome 27.0 requis au minimum.
Vous pouvez télécharger cet épisode en faisant un clic droit "enregistrer la cible du lien sous" sur ce lien. Ce fichier H264/MP4 est lisible avec le logiciel gratuit VLC.

Et vous qu'imaginez-vous ?

De 1H24DTmKds le 20/05/2016 à 16:37
At last! Someone with real extirpese gives us the answer. Thanks!
__________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Auteur : Adresse E-mail :

Le texte de l'épisode

J’ai toujours été fasciné par la force des éléments naturels. Je voulais faire depuis longtemps la photographie d’un tourbillon. Dans notre salle de bain, on en voit parfois, mais des petits, et toujours du dessus. Alors j’ai acheté un aquarium.

Je l’ai percé de trous pour le vider comme une baignoire mais les résultats n’ont pas été très convaincants. Alors j’ai adopté une autre méthode.

J’utilise cette perceuse pour faire tourner ce mécanisme rudimentaire que je plongerais dans mon aquarium. Cet axe fait tourner via cette courroie cette hélice munie de deux pales. Pour prendre la photographie, plusieurs précautions.

La première est de placer l’appareil photo bien perpendiculaire à la vitre de l’aquarium, pour éviter des distorsions colorées que l’on appelle aberrations chromatiques. Vous savez que la lumière blanche est composée de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Si on est bien perpendiculaire, elles traversent toutes de la même manière. Par contre si on est incliné, les couleurs traversent avec un angle différent en fonction de leur longueur d’onde.

Et enfin pour ne pas oublier l’esthétique, je place sur les flancs de l’aquarium des filtres colorés.

Il n’y a plus qu’à faire tourner l’hélice. Plus l’eau est écartée de l’axe de rotation, et plus elle avance vite. L’eau veut continuer à chaque instant en ligne droite, et rencontrant les bords de l’aquarium, elle voit sa pression augmenter. Du coup cette eau va alors monter le long des parois, et comme elle ne se dilate pas, elle va délaisser le centre en formant ainsi un « trou d’air », c’est précisément le tourbillon.

Et alors ?

C’est comme si notre identité se révélait lors d’une confrontation à l’autre. Regardez bien ici. Que cela soit de l’eau ou de l’air, nous ne pouvons pas le savoir. Or c’est bien à la séparation des milieux que leur nature est visible. Plus ils s’affrontent et plus ils s’identifient. Y aurait-il donc un danger à exacerber notre identité ?