logologo

Episode 03 : Des poussières aux courants de pensées

Plus de Capillotractage ?
Voir les autres épisodes
Plus d'art ?
Voir la photo de l'épisode
Plus de philosophie ?
Lire l'extrait associé
du livre ConSciences
 
 

Si la vidéo ne s'affiche pas, mettez à jour votre navigateur internet. Internet Explorer 9.0 - Safari 5.1.7 - Firefox 29.0.1 - Chrome 27.0 requis au minimum.
Vous pouvez télécharger cet épisode en faisant un clic droit "enregistrer la cible du lien sous" sur ce lien. Ce fichier H264/MP4 est lisible avec le logiciel gratuit VLC.

Et vous qu'imaginez-vous ?

De jwffMGw6jUwh le 20/05/2016 à 16:46
If I coemnuicatmd I could thank you enough for this, I'd be lying.
__________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Auteur : Adresse E-mail :

Le texte de l'épisode

Avez-vous remarqué que l’on peut voir la poussière voler ? il suffit de voir un rayon de soleil se faufiler entre les volets d’une pièce sombre, et l’on voit quantité de particules monter et descendre au gré de l’air qui se réchauffe.

Cela m’obsédait. Il fallait absolument que j’en fasse une photo !

Je voulais inscrire la trajectoire des poussières sur une pose de plusieurs dizaines de secondes. Mais en raison d’une forte lumière, que ce soit le soleil ou un projecteur de cinéma, il y a de fortes chances que mon arrière-plan devienne gris, en raison de la lumière parasite. J’ai donc utilisé un velours noir.

J’ai fabriqué cette boîte et j’ai tapissé tous les côtés intérieurs avec ce tissu. Ainsi la lumière parasite qui arrive par le côté sera atténuée bien avant qu’elle arrive au fond de la boîte. De cette manière, je peux donc faire une photo même en plein soleil qui dure plus de 30 secondes, le fond sera toujours noir.

J’aligne donc les différents éléments de mon dispositif : la boîte, ce tuyau et l’appareil photo. Grâce à ce tuyau, seules les poussières comprises dans le plan de netteté seront photographiées.

On peut distinguer les mouvements errants de la poussière qui suivent le mouvement des masses d’air. Et pour prendre ma photo, je vais utiliser un flash à pleine puissance mais qui va progressivement s’éteindre…

…et j’ai alors secoué mon sac d’aspirateur devant mon dispositif. On voit distinctement le mouvement de chacune des particules. Et songez à celle-ci, entourée de toutes ses voisines qui vont dans la même direction, elle ne peut se rendre compte qu’elle se déplace ni même qu’une autre direction est possible.

Et alors ?

C’est comme si nous pouvions ignorer l’évidence ! Vous pensez être immobile devant votre écran ? Vous, comme moi, nous nous déplaçons en ce moment même à 1 200 km/h ! Et oui, la terre fait un tour sur elle-même par jour. Difficile d’en prendre conscience quand tous nos murs se déplacent en même temps que nous ! De même, si tout le monde pense comme nous, il sera impossible de penser autrement ! Voilà le piège que constituent les courants de pensées.